Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'animation professionnelle
  • Le blog de l'animation professionnelle
  • : Des articles de fond et d'actualité sur tout ce qui touche l'animation professionnelle: les publics, les actions, la formation, etc...
  • Contact

Profil

  • animpro
  • Professionnelle et formatrice en animation socio-culturelle, je cherche à faire partager l'actualité de ce secteur
  • Professionnelle et formatrice en animation socio-culturelle, je cherche à faire partager l'actualité de ce secteur

VAE et Concours

J'accompagne les personnes en démarche VAE pour les diplômes BAPAAT, BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS ; ainsi que les candidats aux concours FPT de la filière animation (adjoint d'animation, animateur territorial, attaché option animation). Si vous êtes intéressé, me contacter par mail, rubrique Présentation, onglet "contact" 

Recherche

27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 21:36

De plus en plus d'enfants, d'adolescents vivent en ville et ont perdu cette relation à la nature, ne connaissent que les fruits et les légumes sur les étalages des supermarchés, que les fleurs coupées. Or, ces derniers sont issus de tout un cycle, du travail des agriculteurs qui est méconnu le plus souvent des publics des ACM.

 

Quant aux personnes âgées, pour nombre d'entre elles, se fut une activité et des gestes pratiqués,  en tant que loisir ou par nécessité.

 

Un tel atelier présente de nombreux avantages, aussi bien en termes éducatifs que sociaux.

 

 

 

L'intérêt d'un atelier jardinage

 

Ce genre d'action permet de développer le sens de l'écocitoyenneté, le respect de l'environnement, donne du sens à la notion de développement durable.

 

Quelque soit le public accueilli, une telle activité présente de nombreux avantages. Les objectifs pédagogiques sont nombreux :

 

-          Découvrir / comprendre le cycle de la vie (de la graine à planter aux fruits à récolter); ce qui permet de connaître / maintenir des repères temporels

 

-          Stimuler les 5 sens, surtout l'odorat, le toucher et la vue.

 

L'odorat avec toute la variété des fragrances et ses notes de tête, de cœur et de fond, tel un parfum.

 

Le toucher des feuilles, des fruits, des légumes: rugueux, doux, piquant…

 

La vue avec toute la richesse des couleurs des fleurs, des fruits…

 

-          Maintenir / Améliorer la santé, étant donné que cette activité se passe à l'extérieur, que l'individu a une activité physique

 

-          Avoir le plaisir de récolter ses propres fruits et légumes, de les consommer, les cuisiner

 

-          Acquérir / se rappeler des gestes (repiquage, bêchage…) et savoirs techniques

 

-          Développer le sens des responsabilités

 

-          S'entraider pour mener à bien ces pousses

 

-          Proposer des moments de convivialité

 

-         

 

 

Les moyens nécessaires

 

En premier il s'agit de pouvoir accéder à une parcelle de terre pour les plantations. Si votre structure n'a pas de terrain adéquat, se renseigner auprès de votre mairie ou d'associations de jardiniers amateurs.

 

Pour les personnes en institution, handicapées ou très âgées, au sein de la structure, un espace extérieur peut y être aménagé soit en pleine terre, soit par l'intermédiaire de bacs en hauteur sous lesquels un fauteuil peut se glisser.

 

 

Bien sûr, il va falloir du terreau, des graines ou des semis, de l'engrais, des insecticides (naturels, c'est plus développement durable !); des outils.

 

 

Au début, renseignez-vous auprès de professionnels ou d'amateurs éclairés pour acquérir un minimum de savoirs, être guidé (à moins d'avoir un animateur passionné dans l'équipe !).

 

 

Faire attention à…

 

-          C'est un projet collectif étant donné que chacun va y participer. En amont il est donc nécessaire d'obtenir l'adhésion d'un maximum de personnes (public comme collègues et supérieurs). Il vaut mieux prendre le temps de réfléchir ensemble à ce que l'on va y planter, dessiner les plans, se répartir les rôles, visiter d'autres jardins, etc. Et au fur et à mesure, réguler, rappeler les règles.

 

-          Un tel atelier s'inscrit dans le temps. C'est un projet à mener au moins sur plusieurs mois afin d'en voir les résultats. Le produit fini (fruits, légumes, fleurs) n'est pas immédiat ! Il faut donc garder la motivation, l'entrain, s'astreindre à venir arroser, désherber régulièrement.

 

 

Une grande variété de styles de jardins

 

Sans rentrer dans des détails et techniques de professionnels (jardins à la française, anglais, rocailles…), il existe différentes modèles de jardins, en dehors de celui personnel ou implanté dans la structure.

 

 

 

En institution, les jardins thérapeutiques

 

Pour un public hospitalisées ou accueillant des personnes âgées et/ou handicapées, le plus souvent les plantes sont mises dans les bacs spécifiques adaptés au passage des fauteuils en-dessous. Le choix des plantes est réfléchi. Il s'agit de planter des essences qui vont plus particulièrement stimuler les sens, la motricité fine. C'est également un lieu ouvert aux visiteurs, aux salariés.

 

 

 

Pour tous, les jardins partagés

 

Véritable lieu de rencontres sociales entre les habitants d'un quartier, d'un village, qui le plus souvent est géré par une association dédiée. C'est un endroit où chacun a un lopin de terre certes, mais le plus souvent non clos et où sont mis en place des espaces communs ; où les moyens sont partagés ; où des moments conviviaux peuvent être organisés (pique-nique, soirées à thème…). C'est également un lieu d'apprentissage du "bien vivre ensemble" avec des décisions collégiales, des échanges de conseils, des moments d'amitié.

 

Rien n'empêche un ALSH, un accueil jeunes, un EHPAD de prendre en gestion une parcelle d'un tel jardin et ainsi de participer en plus à tous ces moments de rencontres.

 

 

 

Les jardins adaptés

 

Ce sont des jardins, le plus souvent publics, qui ont été adaptés également aux personnes porteuses de handicap : lecture en braille des essences ou autres renseignements, sans escalier mais avec des pentes, allées larges, bacs en hauteur, etc.

 

Pourquoi ne pas en créer un de la sorte en ACM ? Et ainsi amener les enfants à réfléchir aux conséquences des différents handicaps…

 

   

Les jardins d'insertion

 

Ici, ces jardins sont à destination d'un public jeunes/adultes en insertion socioprofessionnelle. Le plus souvent ils sont gérés par des entreprises d'insertion et les participants sont des salariés en contrat aidé qui apprennent les techniques agricoles, bénéficient et vendent leur production. Dans de telles structures, l'animateur a un rôle social, d'accompagnateur, de conseiller en insertion.

 

Un exemple : http://lesjardinsdelasiagne.net

 

 

 

Autant d'usages variés d'un jardin…

 

 

 

On peut également aller plus loin que la pousse et la récolte, se servir de ces jardins comme lieu, support pour mener d'autres activités :

 

-          un lieu culturel avec des ateliers peinture (la richesse des couleurs des végétaux!!), du land-art, des saynètes de théâtre en milieu naturel

 

-          créer une exposition (textes, photos, dessins…) du cycle de ces jardins à travers les saisons, la pousse des plantes

 

-          rencontrer d'autres jardiniers, effectuer des visites diverses et variées…

 

 

 

Et maintenant "y'a plus qu'à…" ! Prenez vos pelles et vos pioches !!

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by animpro - dans Activités
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 09:24

 

Le DUT « Carrières Sociales » est un diplôme universitaire ancien puisqu’il a été créé en 1968. Il est d’un niveau Bac+2.

 

Il est proposé en 5 options : « Animation Sociale et Socioculturelles », « Assistance Sociale », « Educateur Spécialisé », « Gestion Urbaine » et « Services à la Personne », pour un total de 1620 heures réparties en 2 années universitaires :

- L’option « Animation Sociale et Socioculturelle » pour des emplois d’animateur de terrain, de directeur d’ACM, de coordonnateur d’équipe.

- Les options « Assistance Sociale » et « Educateur Spécialisé » permettent d’intégrer directement en deuxième année les formations aux diplômes d’Etat d’Assistant Social et d’Educateur Spécialisé, sous réserve de réussite à l’examen d’entrée de ces écoles.

- L’option « Gestion Urbaine » prépare plus spécifiquement à l’intervention dans des quartiers en difficulté, être le technicien aux côtés des concepteurs de projets

- L’option « Services aux Personnes » pour des postes de responsable de secteur, l’encadrement d’équipes de terrain, la direction, de petites structures de services à la personne (ménage, jardinage, garde d’enfants, etc.).

 

L'entrée dans ce cursus se fait sur dossier, accompagné d'une lettre de motivation. La sélection est sévère : il peut y avoir jusqu'à 400 demandes pour 30 places... Il est nécessaire d'avoir une bonne culture générale, de s'intéresser aux questions sociales contemporaines. Une expérience en animation est un plus.

Les frais d'inscription sont ceux d’une année universitaire, soit environ 200 €.

 

L’enseignement se déroule sur 2 années universitaires. Certains contenus sont communs à toutes les options et d’autres sont spécifiques, auxquels se rajoutent les parcours différenciés des étudiants (projet professionnel de chacun), complétés par 2 stages pratiques d’une durée totale de 12 semaines minimum, dont le dernier est sujet à la mise en place d’un projet et sa soutenance.

 

Quinze IUT proposent ce diplôme sur tout le territoire : Tourcoing, Paris, Tours, Grenoble, Rennes, Le Havre, Bobigny, Figeac, Belfort,  Lieusaint, Châlons-en-Champagne, St Maurice (en apprentissage), Bordeaux, Menton, Aix en Provence.

Tous ces établissements ne proposent pas les 5 options.

Pour les personnes déjà titulaires d’un niveau bac+2, il est possible de suivre la formation en un an, sur décision du jury.

Le contenu du tronc commun porte essentiellement sur l’apport de connaissances en psychologie, sociologie, droit, communication, une langue vivante, méthodologie de projet.

 

L’option « Animation Sociale et Socio-culturelle » comprend environ 400 heures d’enseignement spécifique, basées sur la découverte des politiques culturelles, des structures d’animation, les problématiques des publics, l’analyse des pratiques professionnelles, la pratique d’activités culturelles, sportives. Le stage pratique final doit contenir la réalisation d’un projet qui doit être présenté dans un dossier et soutenu à l’oral.

   

A l’issue de ce DUT, en animation, il est possible de travailler directement et d’occuper des postes d’animateur de terrain, de directeur d’ACM, de coordinateur.

Ce diplôme permet également de passer le concours d’Animateur Principal 2e classe et ainsi de devenir fonctionnaire territorial (catégorie B+).

 

De même, le lauréat peut continuer à se former à l'université et entrer en Licence Professionnelle, ce qui le spécialisera un peu plus selon l’option choisie.

 

Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 18:38

Pour ceux et celles qui ont un compte FB, je viens de créer un groupe spécifique pour les questions, les démarches, les écrits des VAE "diplômes Jeunesse et Education Populaire".

 

Vous le trouverez ici.

 

Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas !

Repost 0
Published by animpro - dans VAE
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 16:16

 

Les ateliers d'écriture s'adressent aussi bien aux enfants, aux ados, aux adultes qu'aux personnes âgées.

 

Ces activités peuvent avoir divers objectifs selon le public :

- Enrichir (ou maintenir) son vocabulaire

- Développer sa créativité, son aisance aussi bien à l'écrit qu'à l'oral

- Mieux communiquer, prendre confiance en soi

- Participer à une oeuvre commune

- Mieux se connaître soi-même...

 

Auprès des enfants et des adolescents,ces ateliers peuvent servir de support lors d'Accompagnement à la Scolarité, lors d'une session de vacances sur un thème...

Pour des adultes en insertion, ils permettent l'acquisition ou la stimulation du vocabulaire.

Quant aux personnes âgées, ils sont à adapter aux capacités de chacun afin de stimuler leur mémoire, de maintenir leur lexique.

Pour tous, ils donnent la possibilité de s'exprimer, de passer de bons moments ensemble.

 

Un atelier se déroule en 3 temps:

1) Présentation des consignes, des exercices à réaliser, soit à partir d'instructions simples, soit à partir de textes ou d'extraits de textes

2) Ecriture personnelle

3) Mise en commun des écrits de chacun.

 

Les exemples d'activités ne manquent pas :

- Acrostiche avec son prénom, des lieux symboliques...

- Début/fin d'un texte lu

- Texte à trous à compléter

- A partir d'une liste de mots imposés, construire une histoire

- A partir d'une oeuvre visuelle (peinture, photo...), imaginer ce qui s'est passé

- Jeux sur les rimes, les syllabes, les homonymes...

- etc...

 

Pour porter leurs fruits, ces ateliers doivent se dérouler sur plusieurs séances, voire une année; de manière régulière.

 

A leur issue, pourquoi ne pas réaliser une production commune ? Livre de recueil des écrits, textes présentés en scrapbooking, pages sur internet, etc... Ceci valorisera encore plus les participants.

 

Des liens sur ce sujet : http://www.lepointdufle.net/productionecrite.htm , http://www.ac-nice.fr/ienash/file/44-petits-ateliers-d-ecriture.pdf , http://www.pretextes.org/neo1_main_pretextes.htm 

 

Spécifiquement pour des ateliers en maisons de retraites, je vous recommande : "atelier d'écriture et personnes âgées, aux vendanges de la vie", de Monique Janvier http://www.chroniquesociale.com/index.php?ID=1011992&detailObjID=3003812&detailResults=1012241&dataType=cata&keyWords=janvier

 

 

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 20:47

Pour les animateurs fonctionnaires titulaires, au grade d'adjoint d'animation 2e classe, il est possible d'accéder au grade de première classe si l'agent remplit les conditions suivantes : être au 4e échelon et au moins 3 ans de service effectif dans ce grade (sont exclues les périodes de non titulaire).

 

Cet examen comporte 2 épreuves :

- un écrit : à partir de documents du secteur professionnel, il s'agit de répondre à 3, 4 ou 5 questions (1h30, coefficient 2)

- un oral : sous forme d'entretien avec le jury. Il se passe en deux temps : 5 minutes de présentation de son parcours professionnel et 10 minutes de discussion professionnelle (coefficient 3).

 

Celui-ci est organisé par certains centres de gestion en mars 2014. Les pré-inscriptions ont lieu actuellement en ligne sur les sites concernés (dont les cdg 13, 17, 33, 76....).

 

Pour les personnes intéressées, j'ai à ma disposition des annales de cet examen que je peux envoyer.

 

 

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 21:21

 

Il est également possible d'obtenir un BAPAAT en VAE.

La démarche est la même que présentée précédemment pour le BPJEPS : Livret 1, puis Livret 2 à remplir une fois obtenue la recevabilité, en décrivant au moins 6 activités ("encadrement des publics", "encadrement d'activités", "participation au projet et au fonctionnement de la structure").

 

Une des différences majeures réside dans le choix des supports techniques à valider (qui n'existe par pour les diplômes supérieurs). En VAE, il est possible d'en choisir un, deux ou trois.

Les supports possibles sont les suivantes :

  supports-BAPAAT.png

 

Attention, pour les activités physiques, en plus de la maîtrise avec un public, s'ajoute également l'exigence d'avoir un certain niveau de pratique personnelle.

 

 

PS : j'ai à votre disposition le référentiel du diplôme et les niveaux de pratiques sportives professionnelles et personnelles demandées.

Repost 0
Published by animpro - dans VAE
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 10:36

 

Même si ce ne sont que 22 % des écoliers qui sont concernés par cette réforme, globalement, pour ses débuts, ce changement de rythme ne se passe pas trop mal.

 

"La Gazette des Communes" s'en est fait l'écho :  "une rentrée sur les chapeaux de roue" et a créé un dossier sur ce sujet.

 

Certes il y a eu quelques couacs, une telle nouvelle organisation ne peut être efficiente dès son démarrage !

 

Le mérite de cette réforme est à plusieurs niveaux :

- d'avoir permis de se faire rencontrer mairies, enseignants et animateurs; tous concernés par l'éducation des enfants

- d'ouvrir l'univers culturel, sportif, des enfants concernés

- de créer une synergie locale entre les collectivités locales, les associations, l'Education Nationale

- de mettre au grand jour le métier d'animateur avec ses contraintes, ses aspects éducatifs

- de créer de l'emploi dans ce secteur, en espérant une qualité des recrutements, la mise en place de formations adéquates, continues ou professionnelles...

 

Un premier bilan  pédagogique et financier sera sûrement dressé par les villes concernées dès les vacances de la Toussaint, en attendant que toutes les communes s'y mettent en septembre 2014.

 

 

Des exemples d'organisation

 

A Carcès (83)

 

planning-TAP-Carces.png

 

Dans cette commune de 3 600 habitants a été fait le choix d'activités pour les élémentaires de 13h45 à 14h45, pour les maternelles, de 15h30 à 16h15; ce qui permet aux animateurs de faire une journée continue de 12h00 à 16h30, et pour certains d'enchaîner jusqu'à 18h00.


 

A Mouans-Sartoux (06)

 

PEDT-MS.jpg

 

Dans cette commune de 10 000 habitants, l'heure du repas a été légèrement décalée; les activités périscolaires supplémentaires se dérouleront de 15h30 à 16h30. Ce fonctionnement repose sur les animateurs du service enfance et sur un tissu associatif dense.

 

 

 

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:10

 

Dans la droite ligne de l'article précédent, la commission "Affaires Culturelles et Education' de l'Assemblée Nationale vient de remettre un rapport sur l'accessibilité des jeunes aux séjours collectifs et de loisirs.

 

21 propositions sont présentées :


Permettre à tous les enfants de partir en vacances :

Proposition n° 1 : Créer un fonds national d’aide au départ en vacances collectives des jeunes qui ne partent pas en vacances, financé par le rétablissement d’une taxe sur l’hôtellerie de luxe.


Reconquérir les classes moyennes pour retrouver une mixité sociale :

Proposition n° 2 : Augmenter la distribution des chèques-vacances aux salariés des petites entreprises, en leur accordant les mêmes exonérations fiscales et sociales que celles dont bénéficient les comités d’entreprise.

Proposition n° 3 : Suggérer à l’ANCV de créer un chèque « séjours collectifs enfance-jeunesse », utilisable pour le départ en classe de découvertes et en colonies de vacances.

Proposition n° 4 : Flécher davantage de crédits du Fonds national d’action sociale de la branche famille vers les colos.

Proposition n° 5 : Inviter la SNCF à présenter une offre commerciale plus favorable au transport des groupes de mineurs accompagnés, en particulier des 12-16 ans, et à adapter son système de réservation aux contraintes des organisateurs de séjours collectifs et de classes de découvertes.


Redonner à l’État un rôle actif d’incitateur au départ en colos :

Proposition n° 6 : Lancer une campagne publique nationale de promotion des séjours collectifs de vacances pour mineurs.

Proposition n° 7 : Valoriser le modèle social et économique d’éducation populaire, qui soit d’intérêt général et proposer des activités de proximité et de plein air au moindre coût, afin de rendre la colo accessible au plus grand nombre.

Proposition n° 8 : Labelliser les associations d’éducation populaire les plus innovantes et leur donner accès aux enceintes scolaires pour présenter leurs projets d’éducation informelle et valoriser l’affiliation fédérative.

Proposition n° 9 : Renforcer les réseaux fédératifs en attribuant préférentiellement les postes FONJEP aux associations d’éducation populaire labellisées et fédérées.

Proposition n° 10 : Intégrer les séjours collectifs de mineurs, organisés par des associations d’éducation populaire labellisées, ainsi que les classes de découvertes, dans les projets éducatifs territoriaux.

Proposition n° 11 : Développer des réseaux territoriaux de départs des jeunes en séjours collectifs, permettant le partage du coût des séjours par le jumelage des collectivités, dans le cadre des projets éducatifs territoriaux ou bien en ravivant les jumelages européens et internationaux dans ce domaine.

Proposition n°12 : Regrouper les activités des accueils collectifs de mineurs, des classes de découverte et de scoutisme dans le même département ministériel et modifier la réglementation afin d’avoir une cohérence réglementaire entre les différents types de séjours avec hébergement.

Proposition n°13 : Créer un lieu de travail transversal de rencontre de tous les acteurs concernés (État, collectivités locales, associations, acteurs sociaux, acteurs touristiques, etc.) et développer une activité d’observation des accueils collectifs de mineurs.


Maintenir des centres de vacances sur tous les territoires :

Proposition n° 14 : Lancer un plan de recensement du patrimoine des colonies de vacances et mener une étude nationale sur les retombées économiques et sociales, dans leurs territoires d’implantation, des activités de colonies de vacances et de classes de découvertes.

Proposition n° 15 : Étudier, avec l’ANCV et la Caisse des dépôts, un nouveau système d’aide à la rénovation des équipements du tourisme social et du patrimoine des centres de vacances, qui remplace le fonds Tourisme social investissement (TSI).

Proposition n° 16 : Définir de nouveaux modèles d’accueils collectifs de mineurs avec hébergement, répondant à un cahier des charges architectural, économique et pédagogique, lancer un concours et présenter les projets lors d’une exposition publique.

Proposition n° 17 : Réserver en priorité la location, pendant les vacances, des internats des établissements scolaires publics situés dans les zones touristiques, aux associations agréées Jeunesse et éducation populaire, en vue de l’accueil de séjours collectifs de vacances.


Faire des colos un secteur phare de l’économie sociale et solidaire :

Proposition n° 18 : Inciter les associations à se regrouper pour faire des accueils collectifs de mineurs avec hébergement un secteur phare de l’économie sociale et solidaire.

Proposition n° 19 : Exclure les activités enfance-jeunesse du champ d’application des marchés publics. À défaut, promouvoir les mixités sociales et les finalités éducatives des séjours dans les critères des appels d’offres passés pour l’organisation d’accueils collectifs de mineurs.


Repenser le statut des animateurs :

Proposition n° 20 : Instaurer un volontariat de l’animation, régi par une charte, pour l’encadrement occasionnel, auprès d’organismes sans but lucratif, des accueils collectifs de mineurs avec hébergement et des séjours de vacances adaptés pour les personnes handicapées. Ce volontariat s’inscrirait dans le cadre du projet éducatif de l’organisme et s’exercerait tout au long de la vie pendant une durée annuelle limitée et fractionnable. Il donnerait lieu à une formation, une indemnisation et une protection sociale du volontaire.

Proposition n° 21 : Demander aux services de l’Etat, à la suite de l’étude menée à la demande de l’UNSA en Rhône-Alpes, une étude précise des conséquences du contrat d’engagement éducatif sur la désorganisation des accueils collectifs de mineurs avec hébergement, la baisse de leur fréquentation et les difficultés de recrutement de directeurs de centres.

 

Quelle suite va être donnée ?...

 

L'intégralité du rapport est ici.



Repost 0
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 15:00

 

Quelques données chiffrées des ACM en 2011 / 2012

 

 

995101_513799472022491_1324083271_n.jpg

 

 

Ces données ne mettent pas en valeur l'augmentation de la fréquention des ALSH, en particulier périscolaires ; la baisse de fréquentation des "colos" traditionnelles (voir diagramme ci-dessous).

 

 

ACM.png

 

 

Mais, malgré tout, sur une année, plus de 3 600 000 enfants et jeunes ont fréquenté ces structures éducatives, et ce n'est pas rien !


Repost 0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 08:59

 

Petit retour en arrière, lors d'une colo (6/12 ans), il y a quelques années...

 

Au petit matin, l'équipe a transformé la cour en village gaulois et tout le monde s'est déguisé pour surprendre les enfants au réveil. Il fallait voir les têtes des enfants !!

 

3 groupes ont été constitués : les Gaulois, les Romains et les Egyptiens avec la reine Cléôpatre. Déguisements, maquillage ont occupé la matinée.

Puis après le temps calme, tout le monde a défilé dans le village, avant de se rendre au stade pour "les 12 travaux" (olympiades), où, bien sûr, les Gaulois ont gagné grâce à leur potion magique !!

 

1988-Gaulois.jpg

 

Repost 0
Published by animpro - dans Activités
commenter cet article